Actualites/BrevesTerrorisme

Lutte contre le terrorisme : Les femmes et les jeunes veulent participer au combat

L’association Africa peacemaking system(APS), en collaboration avec l’association, « femme en marche » a organisé un panel sur le rôle et la place de la femme et de la jeunesse dans la lutte contre le terrorisme, le samedi 11 juin 2022 à Ouagadougou. L’objectif est de mieux outiller les femmes et les jeunes sur leur rôle dans la lutte contre le terrorisme.

Plusieurs associations de femmes, de jeunes et des professionnels d’organisations caritatives ont participé à ce panel placé sous le thème : « rôle et place de la femme et de la jeunesse dans la lutte contre le terrorisme et l’idéologie extrémiste ». Le coordonnateur d’Africa peacemaking system, Roch Germain Bambara, a fait savoir que cette initiative vise non seulement à renforcer les connaissances des femmes et des jeunes dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi à interpeler ces derniers à s’engager dans l’éradication de l’extrémisme idéologique.

Ils sont trois panelistes à savoir, l’expert en sécurité, Mahamoudou Sawadogo, le directeur de la prévention de l’extrémisme violent, Hamidou Ilboudo, et la présidente de l’association femme en marche, Apsa Diallo, à communiquer sur le rôle de la femme et de la jeunesse dans la lutte contre le terrorisme.

Pour l’expert en sécurité Mahamoudou Sawadogo, le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour sensibiliser les populations dans les zones rurales en leur donnant la vision et la ligne de conduite.« Ce qui manque pour le Burkina, c’est la stratégie. C’est ce qui empêche certains acteurs comme les jeunes qui veulent bien s’engager, à ne pas pouvoir s’engager clairement, parce qu’il n’y a pas de ligne directrice pour ces jeunes », a-t-il dit.Le directeur de la prévention de l’extrémisme violent, Hamidou Ilboudo, a fait savoir que les femmes et les jeunes,qui sont un maillon indispensable de la chaîne,constituent un vecteur de paix. Il a par ailleurs invité les participants à être des relais pour sensibiliser les populations dans leurs zones respectives afin que les jeunes ne basculent pas dans l’extrémisme violent.

Troisième paneliste, la présidente de l’association « femme en marche », Apsa Diallo, a estimé que les femmes à travers les activités génératrices de revenus, peuvent relever le pan de la crise. Pour ce faire, elles doivent s’organiser en réseau pour élaborer des stratégies afin d’apporter un changement.

Salut! 👋
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir instantanément l'actualité national et international dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page