Actualites/BrevesPolitique

Coopération : Le Burkina Faso et le Système des Nations Unies font le point de leurs relations

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a présidé la réunion de concertation entre le Burkina Faso et le Système des Nations Unies, ce jeudi 30 juin 2022. Première du genre, cette rencontre a permis aux deux partenaires, de faire le bilan de leur coopération et d’en dégager les perspectives, en tenant compte de la réalité socio politique ainsi que des exigences sécuritaires, humanitaires et alimentaires du moment au Burkina Faso. Cela fait 56 ans que le Système des Nations Unies est présent au Burkina Faso, à travers l’ouverture de trente-trois (33) agences, dont vingt-cinq (25) résidentes et huit (08) non-résidentes.Les deux partenaires ont marqué une halte, à travers une réunion de concertation tenue ce jeudi 30 juin 2022, pour jeter un regard rétrospectif, afin d’une part, d’en dégager les acquis engrangés, et surtout de s’interroger d’autre part, sur les insuffisances de cette coopération.Première du genre, cette réunion de concertation a permis de mieux appréhender l’avenir de cette coopération qui doit tenir compte de la réalité socio politique, ainsi que des exigences sécuritaires, humanitaires et alimentaires du moment au Burkina Faso.Elle a également permis aux deux parties, de s’accorder sur les priorités et les grandes orientations du Système des Nations Unies au Burkina Faso et a constitué un cadre de plaidoyer pour des activités multidimensionnelles.Selon le Premier ministre, Albert Ouédraogo, le Gouvernement du Burkina Faso a, plus que jamais, besoin de l’accompagnement de ses partenaires habituels, que sont les différentes agences onusiennes, au regard de la situation sécuritaire et humanitaire difficile que traverse le pays, en trouvant des solutions innovantes et pérennes aux préoccupations légitimes et essentielles du peuple, en termes de préservation de la paix et de la sécurité, de la promotion du développement socio-économique et du respect des droits des Hommes. A l’entendre, en 56 ans de présence au Burkina Faso, le Système des Nations Unies, à travers ses agences, a enregistré des acquis certains dans les domaines de la bonne gouvernance, de la santé, de la préservation de la paix, de la promotion des droits de l’homme et de l’égalité des sexes, de l’éducation pour tous, de la lutte contre la désertification et du développement endogène.Quant à la Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies et Coordonnatrice humanitaire, Barbara Manzi, elle a affirmé que cette réunion de concertation intervient dans une période charnière de l’histoire du Burkina Faso, car le pays fait face à des défis multiformes qui demandent des actions multidimensionnelles, efficaces et coordonnées.Pour elle, le contrat avec l’Etat burkinabè pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 du Plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (PNUAD), a besoin d’être revu, pour s’adapter aux priorités de la Transition.« Le contexte actuel nous appelle à intégrer les différentes dimensions de développement, de paix et humanitaire, pour répondre au mieux, aux besoins immédiats des populations les plus vulnérables, tout en assurant le maintien des progrès vers les Objectifs de développement durable (ODD) et en renforçant la cohésion sociale et la paix, afin de consolider les jalons du développement durable. Soyez rassurés, vos priorités sont les nôtres, mieux servir et soutenir les aspirations du peuple burkinabè pour un futur meilleur, un futur de paix et de développement durable », a-t-elle déclaré.

DCRP/Primature

Salut! 👋
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir instantanément l'actualité national et international dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page