Actualites/BrevesEditorial

Réconciliation nationale : Le pardon de Blaise suffira-t-il ?

Réconciliation nationale, suite et certainement pas fin. Après le rendez-vous raté du 8 juillet, où certains anciens chefs d’Etat , pour des raisons diverses, n’ont pas pu être autour de la table à Kosyam, la réconciliation nationale pilotée par le MPSR a connu un nouveau tournant ce 26 juillet 2022. Une délégation ivoirienne conduite par le ministre -conseiller spécial de la Présidence ivoirienne,Ally Coulibaly, a été reçu par le chef de l’Etat, Paul-Henri Sandaogo Damiba. Elle était porteuse d’un message de l’ancien Président du Faso, Blaise Compaoré , en exil en Côte d’Ivoire depuis sa chute en 2014. Cette lettre lue par le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, est un véritable Acte de contrition de l’enfant terrible de Ziniaré. « Je demande pardon au peuple burkinabè pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère, plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Isidore Noël SankaraJ’assume et déplore, du fond du cœur, toutes les souffrances et drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leurs familles de m’accorder leur pardon » peut -on notamment lire dans ce message.

Place maintenant à la polémique

S’ils sont nombreux à apprécier le fait que l’ancien chef de l’Etat ait accepté de faire amende honorable et battre sa coulpe, il s’en trouve qui doute de l’authenticité de cet écrit bien que sa fille, Djamila Compaoré, se tenait aux côtés du lecteur du message. Au delà de la polémique, le plus important c’est surtout la réaction de la famille Sankara qui était attendue. Va-t-elle donner son pardon au requérant ? On peur déjà observer, en attendant éventuellement un communiqué officiel, que les proches du père de la Révolution d’Août-83 ne partagent pas les mêmes avis. Pendant que sa sœur, Blandine Sankara, s’est montrée plutôt dure envers Blaise Compaoré, son oncle, Mousbila Sankara, a informé déjà accepter le pardon de Blaise Compaoré. Mais c’est surtout la position de la veuve et des enfants qui sera déterminante. Pour le moment, Mariam Sankara n’a pas pipé mot.

Si les autorités actuelles ont déjà rassuré que la réconciliation nationale ne consacrait pas une prime à l’impunité, on peut imaginer que cette demande de pardon de Blaise Compaoré, ouvre la voie à une éventuelle grâce ou amnistie de ce dernier.

Mais même si ce n’était pas le cas, on imagine mal, l’ancien président, qui est apparu affaibli lors de son séjour de deux jours au pays, les 7 et 8 juillet 2022, être envoyé derrière les barreaux, lui qui a été condamné à la prison à vie dans le dossier Thomas Sankara. Voici qui devrait diviser encore les Burkinabè, eux qui ne savent plus regarder dans la même direction, même quand il s’agit de parler de réconciliation nationale.

Salut! 👋
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir instantanément l'actualité national et international dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page