Politique

Meeting de dénonciation de la présence au Burkina Faso des forces spéciales de l’armée française et de l’ambassadeur Luc Halade.

La population burkinabè a organisé un grand meeting de dénonciation de la présence des forces spéciales de l’armée française dénommée « Sabre » au camp de Kamboinsé, dans les encablures de la capitale Ouagadougou.

Cette force compte environ 400 militaires faisant partie des forces spéciales françaises présentes au Burkina Faso depuis 2019 dans le cadre de la soi-disante lutte contre le djihadisme -terrorisme au Sahel.

Cette grande mobilisation de la population qui rappelle les foules de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 a connu un vrai succès.

Elle avait également comme deuxième point de revendication, le départ immédiat de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Halade. On se rappelle également que ce dernier avait commis plusieurs maladresses lorsqu’il annonçait que la guerre au Burkina Faso contre les terroristes, était selon lui, plutôt une guerre civile.

Une déclaration qui avait amené le gouvernement burkinabè à demander à cet ambassadeur d’être prudent dans ses prises de position car le gouvernement burkinabè, depuis 2015, a plutôt à faire à des groupes armés non identifiés qui s’attaquent de façon délibérée à des civils et des forces de défense et de sécurité (FDS).

Outre récriminations, cet ambassadeur avait qualifié « d’idiots utiles » les internautes burkinabè qui accusaient la France de jouer un double jeux dans son soi-disant appui dans la lutte contre le djihadisme -terrorisme au Burkina Faso et dans d’autres pays du G5 Sahel où les populations ne percevaient aucune avancée dans le combat contre le terrorisme.

A la tribune de ce meeting, des intervenants composés d’un grand nombre de jeunes et des personnes se réclamations des mouvements panafricains ont, tour à tour, dénoncé la politique de la françafrique, la monnaie du FCFA, la présence de l’armée française à Kamboinsé, la présence de l’ambassadeur de France au Burkina Faso à savoir M. Luc Halade dont le départ du Burkina Faso est réclamé par les populations depuis juillet 2022.

Au niveau des pancartes brandies par les participants au meeting, on pouvait lire: la France dégage du Burkina Faso ; l’armée française hors du Burkina Faso ; Luc Halade, on ne te veut plus au Burkina ; Non à la politique françafrique ; non au franc CFA, etc.

Salut! 👋
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir instantanément l'actualité national et international dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page